la bienveillance dans la parentalité
4.8
(8)

Beaucoup de parents et enseignants se trompent sur ce qu’est la bienveillance. Et de ce fait ce qu’est la parentalité ou discipline positive. Choisir la discipline positive ne veut pas dire devenir permissif pour ne plus être punitif. La bienveillance ne signifie pas céder aux demandes des enfants, les protéger des frustrations, les gâter excessivement, ou voler à leur secours à la moindre occasion. Tout ça, c’est ce qu’on appelle la permissivité.

Alors c’est quoi la bienveillance ? Pour moi, c’est principalement et tout bonnement du respect !

Être bienveillant avec son enfant

Être bienveillant avec son enfant, c’est se montrer respectueux de l’enfant et de soi-même. Les empêcher de vivre de la frustration, des échecs, des déceptions, ce n’est pas être respectueux de l’enfant. Cela les prive d’opportunités d’apprentissage, de grandir, de faire des expériences et d’apprendre à y réagir.

Être bienveillant avec son enfant, c’est accepter qu’il vive de grandes émotions. C’est validé son ressenti. « Je vois que tu es déçu ». Cela ne veut pas dire valider un comportement !

Être bienveillant avec son enfant, c’est avoir confiance en lui. Confiance en sa capacité à surmonter les épreuves et à apprendre.

Être ferme

Pour beaucoup, être ferme veut dire punir, faire la leçon, contrôler tout dans le but d’obtenir obéissance.

La fermeté quand elle se lie à la bienveillance, elle implique le respect de l’adulte et de l’enfant. Pour vivre ensemble, dans n’importe quelle communauté, à l’école, au travail, dans un sport d’équipe, il faut des règles, il faut un cadre.

Imposer des règles et les faire respecter sous la contrainte d’une punition ne fera qu’encourager la rébellion et les luttes de pouvoir. Pourquoi ne pas réfléchir ensemble, parents et enfants aux règles qu’il faut mettre en place pour le temps d’écran, l’heure du coucher, la préparation du repas… Pour tout savoir sur comment mettre en place des règles à la maison, je t’oriente vers cet article.

Discuter de l’importance de ces règles et les formuler ensemble est la meilleure façon pour impliquer les enfants. Et lorsque les enfants sont impliqués, ils se sentent en situation de capacité et sont particulièrement enclins à coopérer par la suite.

Quand une règle n’est pas respectée, punir est très tentant ! Mais tu peux rester ferme et bienveillant. Comment ? Continue d’impliquer ton enfant et concentre-toi sur la recherche de solution. Tu peux par exemple lui poser des questions comme « Que s’est-il passé? » « Qu’est-ce qui a provoqué cette situation? » « Comment penses-tu résoudre le problème? ».

C’est encore une fois, une opportunité d’apprentissage et n’est-ce pas ce que nous souhaitons pour nos enfants ?

Quelles sont tes valeurs ?

Si nous voulons être porteurs de repères éducatifs qui respectent nos valeurs, bien souvent respect, gentillesse, partage…, nous ne pouvons pas nous permettre de traiter les autres ou nos enfants irrespectueusement. Et pour autant, il ne faut pas tomber dans la punition puisque celle-ci ne sert à rien sur le long terme. Un petit coup d’oeil par ici pour remplacer efficacement les punitions.

Alors, si ton enfant te répond avec insolence. Que faire ?

Une façon ferme et bienveillante de gérer la situation serait par exemple de quitter la pièce. Et là, je t’entends me dire, mais si je laisse faire, il va recommencer et mal me parler.

On ne peut pas obliger quelqu’un à nous parler avec respect. Mais on peut se traiter soi-même avec respect, c’est même primordial ! C’est d’ailleurs un exemple très fort pour les enfants.

Alors, il sera toujours temps, plus tard, d’en reparler quand tout le monde se sentira mieux et que la communication sera constructive. Tu pourras par exemple lui dire : « Chérie, tu as le droit d’être en colère à cause de … Tu peux m’en parler si tu veux, mais je n’accepte pas la manière dont tu as réagit. Quand tu me parles ainsi, je m’en vais, je me protège. Je t’aime et j’ai envie d’être avec toi, alors dis moi quand tu seras prête à me parler avec respect. »

Il est toujours utile d’informer l’enfant de ce qui se passera.

Que veux-tu transmettre à tes enfants ?

La discipline positive est un chemin qui t’invite à préciser tes objectifs de transmission. Que souhaites-tu vraiment pour tes enfants ?

Quand je demande aux parents de dresser une liste des qualités qu’ils aimeraient que leurs enfants développent, voici ce qu’ils disent :

  • une bonne estime de soi
  • l’envie d’apprendre
  • le sens des responsabilités
  • la courtoisie
  • l’honnêteté
  • l’auto-discipline
  • la coopération
  • la maîtrise de soi
  • l’ouverture d’esprit
  • la patience
  • l’autonomie
  • le sens de l’humour
  • l’empathie
  • l’intégrité
  • l’amour de la vie

Toi aussi, tu peux ajouter à cette liste ce que tu as envie de transmettre. En étudiant les concepts de la discipline positive, il apparaîtra clairement que ce sont les caractéristiques que les enfants développent lorsqu’ils sont impliqués de façon active dans un modèle de respect mutuel et de coopération.

À retenir

Ma façon de voir les choses, la parentalité et la relation avec mon enfant :

  • La fermeté témoigne du respect de soi et de la situation.
  • La bienveillance, elle, traduit le respect et la compréhension de l’autre.
  • Parce que l’autorité n’empêche pas la bienveillance.
  • Parce que nous ne parlons pas à des bisounours.
  • Parce que l’écoute et la compréhension n’excluent pas la fermeté.

Cet article t'a plu ?

Clique sur les 5 étoiles !

Tu adores cet article, partage le avec tes proches !

Et rejoins nous sur ton réseau préféré 🙂

4 Commentaires

  1. Claire, simple et concret ! Merci de remettre l’église au centre du village comme on dit chez nous 🙂 Le respect c’est en effet la base, et bien souvent, c’est une notion que nous n’expliquons pas suffisamment aux enfants, ou du moins pas clairement. Et c’est bien entendu à nous parents, d’être un modèle de respect pour eux et pour équilibrer tout ce qu’ils pourront croiser dans leur vie !

  2. Merci pour ton article, j’aime beaucoup ta conclusion qui résume la parentalité, et qui est très proche de ma façon de voir les choses.

  3. Merci pour cet article qui remet les points sur les i ! On entend parler de bienveillance à tort et à travers partout, j’aime bien le fait d’y mettre la notion de respect.

    1. En effet, le respect de l’enfant et le respect de soi-même, c’est ce qui permet à mon sens de ne pas tomber dans la permissivité et le laxisme. Après, tout dépend de ce que chacun met derrière le mot Respect bien sûr !

Partager un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.